OnRide securite en mer

Sécurité générale

Étant donné le nombre très élevé d'accidents nous recommandons aux pratiquants la plus grande prudence.


Anticiper au maximum les dangers en évitant de vous mettre à l'eau si vous avez le moindre doute concernant votre forme physique, votre matériel, la difficulté des conditions ou la météo qui pourrait changer (prévisions et observation sur place).


Il faut un échauffement minimum comme pour tous les sports.

Vérifier le bon état de son matériel.

Mettre son leash en surf paddle et bodyboard.


Pour le kitesurf, prévoyez une marge de sécurité importante sur le sable.

Décollez votre aile dans une zone dégagée de tout obstacle d'au moins 100 mètres au tour de vous.

En windsurf et en kitesurf ne sortez pas par vent de terre ou si le ciel est menaçant (grains).


La navigation est interdite au-delà de 2 miles nautiques (environ 4 kilomètres), pour rester prudent, plutôt rester à une distance où l'on pourra rejoindre le bord à la nage en cas de casse de matériel.


L'été n'allez pas pratiquer dans les zones de baignades ou au milieu des baigneurs.

OnRide securite courants de marée

Courant de marée, la règle des douzièmes

Bien connue des marins cette règle simple permet de mieux comprendre comment fonctionnent les courants de marée.

Il faut retenir que sur une marée (environ 6 heures) le courant n'est pas linéaire.

Au contraire, il est faible au départ, rapide au milieu et à nouveau faible à la fin de la marée.


On peut diviser les 6 heures d'une marée en 12.

La première heure, la hauteur d'eau (le marnage) change de 1/12 ième.

La deuxième heure, de 2/12 ièmes.

La troisième et la quatrième heure (mi-marée), le marnage change de 3/12 ièmes.

La cinquième heure il est de 2/12 ièmes.

La sixième heure, il est aussi faible que la première, c'est à dire 1/12ième.


Le courant sera donc 3 fois plus puissant à mi marée (aux 3ième et quatrième heures)

qu'à la première ou la dernière heure.

OnRide securite courants de baine

Courants de baïnes

Les baïnes sont des bassines plus ou moins grandes où l'eau est calme en surface.

Elles sont dues à la présence de bancs de sable, là où les vagues déferlent.


Elles deviennent dangereuses quand il y a de la houle et surtout à la marée haute et descendante.

Les masses d'eau des vagues accumulées dans la baïne après leur déferlement s’évacuent et cela crée un puissant courant qui emmène vers le large.


Ce courant est utilisé par les surfeurs de bon niveau pour rejoindre les vagues et passer la barre sans effort.


Si vous êtes pris dans ce courant à la nage après une perte de votre matériel, restez calme et ne luttez surtout pas contre car il se dissipe toujours au large.


Rejoignez les zones de vagues en nagant parallèle à la plage pour revenir avec elles jusqu'au bord.


Ne vous baignez jamais dans une baïne mais plutôt dans les vagues.

OnRide securite vent thermique

Le vent thermique

Très apprécié des kitesurfeurs et des windsurfeurs, il peut facilement gâcher une session de surf, de paddle ou de bodyboard d’où l’intérêt de bien connaître son fonctionnement pour pouvoir l'anticiper.


Le vent thermique est provoqué par une forte différence de température entre le sol chauffé par le rayonnement solaire et l'eau qui est plus froide.


Il se produit le plus souvent à partir du mois d'avril quand il fait beau et que la mer est encore froide presque comme en hiver.

Il dure jusqu'à la fin de l'été.


L'autre facteur déterminant pour son apparition est que le vent météo vienne de droite quand on regarde la mer.


Le vent thermique accélère jusqu'à 25 nœuds le vent météo venant de droite en le faisant tourner un peu plus on-shore.

Il se déclenche vers 14 heures et dure jusqu'à 18/19h.

OnRide securite aérologie

Aérologie utile pour le kitesurf & le windsurf

Nous utilisons le vent, indispensable pour la pratique de sports comme le kitesurf ou le windsurf et il est toujours bon d'avoir quelques notions d'aérologie pour mieux comprendre certains phénomènes afin de s'éviter des surprises.

Sans entrer dans les détails le vent se comporte comme un liquide, il peut être accéléré ou perturbé selon le relief.


Il est perturbé par les obstacles sur son chemin, ce qui produit des turbulences sur une distance équivalente à sept fois la hauteur de l'obstacle sous le vent.

D'où l’intérêt de prendre le plus possible ses distances avec les obstacles si l'on cherche un vent constant.


Le vent est toujours accéléré quand il vient de la mer car il rencontre moins d'obstacles, il est aussi plus stable.

Il est accéléré quand son orientation vient de la mer en longeant la côte (vent side on shore).

Il l'est encore plus par effet venturi quand les côtes dessinent un goulot comme pour le spot de Wissant par vent de sud-ouest ou de nord-est.


Il devient dangereux quand il y des grains car il accélère fortement sous la pluie.

On sort de l'eau en anticipant (surtout en kite !) si jamais le ciel devient noir avec de l'orage car les vents ascendants et les éclairs ne sont pas compatibles avec les sports nautiques.